Histoire
Bien que les vestiges les plus connus datent du XIème siècle, l'existence d'un tumulus, ou « douk », situé au Couhé, indique une présence humaine sur le site dès le VIème siècle avant J.-C. Haut de 12 mètres, de tumulus ceint d'un fossé atteint une circonférence de 100 mètres.

La création de la paroisse coïncide avec la construction de l'église et d'une maison templière (au Couloumet) au XIème siècle. La paroisse était du ressort de la juridiction du château de Roquetaillade, aujourd'hui situé sur la commune de Mazères.

Relevant du canton de Bazas, le village a une vocation rurale et forestière prononcée. Deux entreprises industrielles sont encore actives. L'une fabrique des palettes, et l'autre, ancienne scierie créée en 1925, produit depuis 1967 des fertilisants.

Le village est dynamisé par son école primaire à classe unique, et de nombreuses associations, sportives, culturelles et sociales.
Eglise Saint-Martin
L'église romane SAINT-MARTIN était située dans l'archiprêtré de Saint-Pierre-de-Cuilleron, devenu depuis l'actuelle paroisse du Nizan.

Ayant été remaniée, il ne subsiste de la construction attribuée aux templiers que le chœur et l'abside. Elle a donc été remaniée au XVIème siècle (le bas-côté est gothique) et restaurée en 1954 par l'Abbé NEGRE desservant, grâce aux dons des habitants.

Elle figure au répertoire des monuments historiques pour son chœur depuis 1929.

Jules de Verneilh dessine cet édifice en 1867. Il dispose autours du bâtiment quelques personnages et représente également une grande croix de cimetière.

D'après  la description de Léon Drouyn lors de son passage du 10 mai 1869, l'église du Nizan se compose d'une nef « qui paraît avoir été refaite au 14ème siècle ; c'est du moins la date de la porte occidentale qui s'ouvre sous trois arcs ogivaux en retrait composés de gorges et d'un tore retombant sur de petites colonnettes à chapiteaux sans ornements et d'un dessin élégant ».

Un bas-côté construit au XVIème siècle s'ouvre au sud de la nef par des arcs ogivaux. Léon Drouyn signale alors que ses voûtes étaient tombées. On a depuis doté ce bas-côté d'une voûte d'arêtes.

L'ensemble est poursuivit à l'est par un chevet roman soutenu par trois contreforts plats. Son parement extérieur, réalisé en petits moellons, indique que sa construction remonte au XIème siècle. Par ailleurs, les baies qui éclairent le chevet ne correspondent pas aux baies primitives.

En effet, elles ont été percées postérieurement à l'édification des murs car il a fallut tronquer le contrefort de l'angle nord-est pour ouvrir l'une d'elles. A l'intérieur, l'abside semi-circulaire est voûtée en cul de four. « Le chœur et l'abside sont ornés de deux arcatures en plein cintre superposées retombant sur des chapiteaux carrés très barbares à tailloirs très saillants coiffant les colonnettes courtes dont les bases sont formées d'un socle carré et d'un tore séparé du carré par une large gorge profonde. Les chapiteaux sont ornés d'entrelacs, de pommes de pin, de feuillages et d'animaux, la façade des socles des bases ont également des sculptures, quelques tores sont cordés, toutes les sculptures sont de la plus grande barbarie ». Ce type de chevet tapissé d'arcatures se retrouve en Charente, comme dans l'église de Bougneau, dont le chevet, bien que construit au XIème siècle, a été « modernisé » aux alentours de 1100 par l'aménagement de ces arcades. C'est vraisemblablement quelques décennies plus tard que l'influence charentaise dans le Bordelais a conduit à l'embellissement du chevet de Nizan. Enfin, au sud de celui-ci « s'élève un clocher qui pourrait bien aussi être roman mais postérieur à l'abside ».

Le nom du pape, de l'évêque et du maire de l'époque figure à l'intérieur sur les clefs de voûte.

Parmi les éléments qui composent le mobilier figurent deux retables en bois datés du XVIIIème siècle.

Entourée de son cimetière, l'église du Nizan est le seul édifice roman du canton de Bazas à avoir fait l'objet d'une notice dans La Guyenne romane des éditions Zodiaque.
Vue sud-ouestLe chevetLe portail
Autres bâtiments
Salle des fêtes


Le cercle